Conférence inaugurale

"Quand la spectrométrie et les outils du génie mécanique viennent en aide à l’archéologie.
L’exemple de la chartreuse des Dames de Gosnay"

Résumé de la conférence inaugurale

Fouille programmée de l’Université d’Artois, la chartreuse du Mont-Sainte-Marie de Gosnay permet, par la richesse de son mobilier et la complexité de ses structures, de montrer les particularités d’un monastère médiéval, et de montrer qu’il est possible d’enrichir nos connaissances en associant  les ressources, complémentaires, de l’archéologie, de la science et de la technique.
Reconstitution, restitution ou réplique d'une pièce archéologique intéressent naturellement l’archéologue. Les limites des procédés traditionnels (dimensions, rendu, animation, délai...) ont conduit à s’intéresser à des outils du génie mécanique : CAO, scanner 3D, prototypage rapide. Permettant dessin numérique et fabrication de modèle, leur intérêt est illustré par trois exemples d’échelles et de problématiques différentes (église abbatiale, statue, éperon).

Un certain nombre de techniques instrumentales allant de la microscopie électronique à la spectrométrie Raman a été également mis en œuvre afin d’authentifier, analyser ou caractériser aussi précisément que possible les objets découverts à la chartreuse de Gosnay. Lors de cet exposé nous brosserons l’éventail de ces techniques en mettant à chaque fois en lumière un exemple concret d’application aux objets du patrimoine. Seront notamment présentées les études ayant permis l’authentification de pierres précieuses ou plus récemment l’analyse fine de verres de table retrouvés sur le site de la chartreuse.

Jean-François Henninot, Philippe Hivart, Martine Valdher, Université d’Artois

 

 

Dernière mise à jour : mercredi 03 octobre 2012 à 17h58