Le jeu de la logique n’amuse personne: le dilemme de Lewis Carroll

  • Le lundi 24 avril 2017 - 17h
  • Organisé par : Lisa Rougetet et Liesbeth de Mol (en partenariat avec la MESHS)
  • Laboratoire : RIME Lab - Recherche Interdisciplinaire en Management et Économie
  • Autre(s) organisateur(s) : LEM Lille économie management, UMR 9221 / STL, UMR 8163
  • Intervenants : Amirouche Moktefi,Tallinn University of Technolgy (Estonie)
  • Lieu : salle 4, MESHS, 2 rue des canonniers, Lille
  • Contact : Lisa Rougetet
Description scientifique

Histoire des jeux et de leurs théories mathématiques #6

Le mathématicien anglais Charles L. Dodgson, alias Lewis Carroll, croyait à l’utilité de la logique formelle dans la vie quotidienne. Il s’est donc employé à la vulgariser. Il publie notamment en 1886 un « Jeu de la Logique » grâce auquel le public s’amuserait à résoudre des syllogismes en utilisant des jetons de couleur et un diagramme dessiné sur un plateau. Le jeu est une variation des fameux cercles que Léonard Euler avait rendus célèbres dans ses « Lettres à une Princesse d’Allemagne » (1768). Dans cette présentation, les règles du jeu seront d’abord expliquées. Ensuite, la place du jeu dans l’histoire des diagrammes logiques sera discutée. Enfin, la réception du jeu permettra de mettre en avant le dilemme du vulgarisateur qui cherche un équilibre fragile entre instruction et amusement
____________________________________________________________________________
L’objectif de ce cycle de séminaires est de mener une réflexion sur la place que peut occuper le jeu dans une démarche scientifique ; comment les jeux et leur analyse ont-ils introduit de nouveaux concepts et posé de nouveaux problèmes ? Comment ont-ils permis la modélisation de situations simples pour ensuite développer des théories plus complexes ? Le jeu possède en effet ces atouts de se développer au sein de règles précises ; il a fait l’objet de tentatives de mises au point de stratégies gagnantes s’appuyant sur des démarches mathématiques singulières, permettant de les enrichir en retour, mais a également servi de modèle dans la compréhension de phénomènes appartenant à d’autres champs disciplinaires.

Les questionnements autour de l’utilisation des jeux dans une théorie scientifique, à la fois en tant qu’objet ou qu’outil, porteront donc sur plusieurs disciplines (théorie des jeux en économie, histoire des mathématiques récréatives, ethnomathématique, informatique), et interrogeront l’histoire pour faire apparaître et analyser la fécondité des interactions entre le jeu et les pratiques scientifiques.

#1 - lundi 28 novembre 2016
“La théorie des jeux : Histoire et prospective”.
> Christian Schmidt (professeur émérite Université Paris-Dauphine).

#2 - lundi 12 décembre 2016
" “Choice, Randomness and Interaction: Exploring Game Rules”
> David King (maître de conférences en Game Design, London College of Communication)

#3 - lundi 16 janvier 2017
“Battre les cartes : du mélange de Gaspard Monge aux surprenants résultats de Persi Diaconis”.
> Jean-Paul Delahaye (professeur émérite Université de Lille Sciences et Technologies).

#4 - lundi 20 février 2017
“Le problème des 36 officiers de Leonhard Euler à Gaston Tarry (1782-1900)”.
> Évelyne Barbin (professeure émérite, Laboratoire de mathématiques Jean Leray, Université de Nantes).

#5 - lundi 27 mars 2017
“Le “jeu des philosophes” : la ritmomachie comme apprentissage de l’arithmétique boécienne”
> François Goichot (maître de conférences, laboratoire de mathématiques et de leurs applications, Université de Valenciennes). .

#6 - lundi 24 avril 2017
“Le jeu de la logique n’amuse personne : le dilemme de Lewis Carroll”.
> Amirouche Moktefi (Tallinn University of Technolgy, Estonie).