Judéité de Barbara ou comment (ne pas) la faire entendre ?
Séminaires

  • Le mercredi 01 mars 2017 - 17h à 19h
  • Organisé par : Nelly Wolf et Maxime Decout
  • Laboratoire(s) organisateur(s) : ALITHILA, EA 1061
  • Intervenants : Stéphane Chaudier (Université de Lille), Joël July (Université d’Aix-Marseille)
  • Lieu : salle A1.764, Université de Lille - SHS, Villeneuve d Ascq
  • Contact : Maxime Decout
  • Site : http://alithila.recherche.univ-lille3.fr/
Description scientifique

Séminaire 2 du cycle "Écrivains et artistes juifs contemporains 2017"

Barbara avait pu proclamer : « je suis une femme qui vit, qui aime, qui souffre, (…) et QUI CHANTE ». Faut-il donc en conclure que si Monique Serf, la femme privée, est juive, Barbara, la femme publique, ne l’est pas ? Le mot juif, vecteur de tant de tragédies et de passions politiques, est-il exclu de l’espace de la chanson, cet art populaire ? Une fois relue son autobiographie inachevée, Il était un piano noir, nous chercherons en ses chansons les signaux qu’elle semble adresser à cette petite oreille juive qu’il appartient à chaque spectateur, juif ou non, de tourner dans la bonne direction.

__________________________________________

Le séminaire Écrivains et artistes juifs contemporains se propose de sonder le rôle de l’identité juive dans la création et dans la pensée sans pour autant réduire les œuvres à cette seule influence. Dans le prolongement des travaux des années précédentes, il poursuivra les interrogations amorcées tant du côté de la littérature que du côté d’autres formes d’art, comme la musique, la bande dessinée ou le cinéma.

# 1 | 8 février 2017
Mémoires séfarades 2

# 2 | 1er mars 2017
Barbara et la judéité.

# 3 | 22 mars 2017
Chanson juive, chanson française

# 4 | Octobre 2017
Humour et formes du comique

# 5 | décembre 2017
Humour et formes du comique 2