BOAT 1550 BC : Le bateau de l'Âge du bronze

Exposition BOAT 1550 BC"BOAT 1550 BC" est un projet de valorisation et de diffusion mené autour de la découverte, dans le port de Douvres en 1992, d’un des plus vieux bateaux maritimes retrouvés en Europe. Il est soutenu par le programme de coopération transfrontalière INTERREG IV A des 2 mers depuis 2011 pour une durée de trois ans et bénéficie du soutien financier de la Région Nord-Pas de Calais.

Lille 3 et la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société assurent la coordination du projet. Cinq partenaires français, anglais et néerlandais leur sont associés : le Canterbury Archaeological Trust, I’Institut national de recherches archéologiques préventives, le Canterbury Christ Church University, l’Université de Gand, le Centre départemental d’archéologie et la ville de Boulogne-sur-Mer.

D'une découverte exceptionnelle...

En septembre 1992, lors de travaux urbains dans le port de Douvres, les archéologues du Canterbury Archaeological Trust (CAT) interviennent dans le cadre d’une fouille d’archéologie préventive. Ils mettent au jour, sous 6 mètres de sédiments, des planches de chêne soigneusement assemblées par des systèmes de tenons et mortaises, des liens végétaux. Ces matières organiques ont été exceptionnellement bien conservées. Une extrémité d’embarcation apparaît alors, tandis que l’autre est prisonnière en limite de la fouille. C’est un bateau, conservé sur un peu plus de 9 m de long !

Une opération d’envergure est organisée pour le dégager soigneusement, puis pour l’extraire de ce lieu où il repose depuis 3 500 ans. En effet, une datation radiocarbone livre cet incroyable résultat : il s’agit d’un des plus vieux bateaux maritimes d’Europe. Les archéologues savent que les hommes entrent en contact de part et d’autre du Channel. Les objets, les types de maison ou de tombes similaires, le montrent. D’ailleurs, depuis le développement de l’archéologie préventive au début des années 2 000, les preuves de ce type se multiplient en France, dans le sud de l’Angleterre, en Belgique. Le bateau de Douvres constitue donc un lien matériel et symbolique de ces échanges à une époque, l’Âge du bronze, où les frontières se situaient à l’arrière des côtes, et où la mer n’était pas un obstacle mais un lieu de passage quotidien – bien avant notre tunnel contemporain ! – autour duquel se rassemblait une communauté transmanche.

Dès 1992, les archéologues savent qu’il s’agit d’une découverte archéologique majeure. Des moyens exceptionnels sont mis en œuvre pour que le bateau soit restauré, étudié et présenté au public. Le musée de Douvres se dote alors d’une galerie, inaugurée durant l’hiver 1999.

Parallèlement, les spécialistes d’archéologie maritime tentent de comprendre toutes les subtilités de ce bateau, à la fois très bien conservé mais également privé de sa proue et partiellement démonté au moment de son abandon. L’enquête est difficile, longue, passionnante.

A la naissance d'un projet de coopération transfrontalière


Exposition BOAT 1550 BCAu terme de 15 années de recherches internationales, les archéologues sont en mesure de proposer une restitution du bateau et d’en envisager une réplique. Ils souhaitent même aller plus loin et lancer un vaste projet qui raconte une histoire méconnue des côtes de la Manche et de la mer du Nord il y a 3 500 ans et qui replace l’idée d’une Eurorégion sur la longue durée. C’est ainsi que naît le projet « BOAT 1550 BC », conduit par des archéologues de France, d'Angleterre, et de Flandre belge.

 

 

 

Logos BOAT 1550 BC

Dernière mise à jour : dimanche 08 juin 2014 à 08h02