Le jeu d'orchestre: recherche-action en art dans les lieux de privation et de liberté

Depuis maintenant un an, l'université soutient un projet de développement d'ateliers d'orchestre dans l'ensemble des prisons du Nord-Pas-De-Calais, dirigé par Marie-Pierre Lassus, maître de conférence HDR en musicologie, mené en partenariat avec l'association Hors Cadre et financé par le Conseil Régional.

Au croisement de la musique et de la psychologie, le projet se fonde sur la méthodologie d'ESAGRAMMA conçue et mise en pratique par Licia Sbattella, Professeure en psychologie clinique, directrice du centre ESAGRAMMA de Milan et principale chef d'orchestre au sein du projet. L'équipe d'intervenants regroupe, outre des professionnels de la musique et des arts, un grand nombre d'étudiants et de chercheurs issus de disciplines diverses – musicologie, psychologie, arts – qui, pour une part, sont actuellement en formation au sein du master CEAC spécialité arts et existence.

Le but de cet orchestre participatif est de créer un milieu de vie à l'intérieur de la prison. Il ne s'agit pas d'apprendre la musique, mais de jouer ensemble. Le « jeu d'orchestre », c'est aussi faire participer, s'entre-aider, vivre et partager une expérience musicale forte et retentissante, à la fois collectivement et individuellement. Avec l'orchestre se crée, derrière les murs de la détention, un espace propice à la rencontre et à l'expérience humaine, un lieu où à l'esthétique vient s'articuler l'éthique.

Du 28 janvier au 1er février, le groupe d'intervenants du « jeu d'orchestre » se rendra à l'EPM (établissement pour mineurs) de Quiévrechain, où il s'était déjà rendu en avril 2012. La semaine de stage trouvera à se finaliser par deux représentations-concert au sein même de l'EPM, la première – événement inédit – devant les familles des jeunes adolescents, la seconde devant les officiels invités à cette occasion.

Dernière mise à jour : dimanche 08 juin 2014 à 08h02